Les hauts revenus captent une part croissante du revenu total dans de nombreux pays. OCDE. Mai 2014.

Une nouvelle étude de l’OCDE souligne un creusement des inégalités de revenus au sein des pays de l’OCDE depuis la crise. Ces trente dernières années, la part des 1% les plus riches dans le total des revenus avant impôts a progressé dans la plupart des pays de l’OCDE. Sur cette période, les 1% de la population aux revenus les plus élevés ont en effet capté une part disproportionnée de la progression globale des revenus : jusqu’à 37% au Canada et 47% aux Etats-Unis. Cette hausse de la part des hauts revenus dans le total des revenus s’explique en grande partie par les réformes fiscales menées dans la quasi-totalité des pays de l’OCDE au cours des trente dernières années et notamment la baisse significative des taux supérieurs de l’impôt sur le revenu, le taux moyen dans la zone OCDE étant passé de 66% en 1981 à 43% en 2013.

«Il y a une crainte générale que la croissance économique des dernières décennies ne soit pas équitablement partagée, et que la crise économique actuelle accentue d’avantage le fossé entre riches et pauvres. Le travail présenté ci-dessous se penche sur les faits pour examiner les évolutions de l’inégalité des revenus et de la pauvreté dans les pays de l’OCDE comme dans des pays non-membres. Il analyse des causes possibles des inégalités croissantes, telles que la mondialisation; le changement technologique favorisant les plus qualifiés; et les choix des politiques publiques. Il évalue l’efficacité des politiques sociales et du marché de travail en termes de réduction de pauvreté des niveaux d’inégalité excessifs.» (OCDE). A lire ici.

 

Publicités