« Le numérique n’a pas été pris au sérieux par les responsables de Kodak »

Depuis sa création en 1880 jusque dans les années 1990, Kodak a régné sur la photographie. Pourquoi l’entreprise a-t-elle raté le tournant du numérique ?

Le cœur de métier de Kodak est longtemps resté la chimie. Tout ce qui touchait à l’électronique pure était perçu comme relevant du « gadget ». Quand il a commencé à émerger, le numérique n’a pas été pris au sérieux par les responsables de l’entreprise. De grands progrès avaient été faits en matière de photographie argentique dans les années 1970-1980. Les pellicules étaient de plus en plus sensibles aux faibles lumières. Le grain, plus fin. Kodak disposait de dizaines de milliers de brevets et, pendant des décennies, la société a profité d’un statut de quasi-monopole. Aux yeux de ses dirigeants, Kodak semblait insubmersible. Ils ont sans doute péché par orgueil, persuadés que l’entreprise réussirait à imposer dans la durée sa vision de l’image. A lire ici

L’entreprise Kodak renaît doucement depuis quelques mois après 1 an et 1/2 sous la protection du Ch11. A lire ici

Un documentaire sur la saga Kodak.

Publicités